Article mis en avant

Comprendre les textes de la Renaissance

Ce carnet est étroitement lié au workshop “Comprendre les textes de la Renaissance”, organisé les 23 et 24 juin 2022 en salle 2.44 de la Maison de la recherche d’AMU (Aix-Marseille Université), 29 avenue Robert Schuman 13100 Aix.

Pendant ces deux journées, six historiens paléographes et six néo-latinistes travaillent sur textes, pour proposer aux spécialistes de la Renaissance des outils permettant de progresser en néo-latin et en paléographie moderne. Ce faisant, ils expérimentent des protocoles d’apprentissage de ces disciplines rares, auxquelles chacun n’accède pas facilement, alors même qu’elles peuvent utilement enrichir les corpus d’étude. Sur le fondement de leur travail en commun, ils engagent des dynamiques de collaboration qui contribueront au renforcement des études interdisciplinaires (lettres, histoire, histoire du droit…) sur la Renaissance à AMU.

Sur notre carnet Hypothèses sont présentés les textes et documents sur lesquels les participants s’appuient pour leurs interventions, ce qui leur permet de mener un vrai travail collectif, tout en associant à ce travail tout internaute intéressé. Le workshop s’articule de la façon suivante :

  • 1 cours introductif ;
  • 6 sessions de travail sur textes, divisées d’après les 2 compétences à acquérir (textes néo-latins / textes manuscrits) ;
  • 2 ateliers de travaux croisés ;
  • 1 table ronde, sur les prolongements à programmer.

On a veillé au panachage des différents formats au sein de chaque journée, afin que les deux thématiques néo-latin / paléographie soient constamment mises en rapport : c’est aussi le sentiment que doit avoir l’utilisateur du carnet, en accédant aux textes étudiés pour chaque cours, session ou atelier. Lui seront en outre présentées les conclusions auxquelles aboutira la table ronde. Notre carnet continuera d’ailleurs à s’enrichir après le workshop, selon des modalités décidées lors de cette table-ronde.

En cliquant ici, vous trouverez le projet détaillé, tel que soumis à l’UFR ALLSH (faculté des Lettres et sciences humaines d’Aix-Marseille Université).

François Ploton-Nicollet, cours d’introduction à la paléographie moderne

Ce cours cherchera à mettre en évidence différents problèmes méthodologiques posés par le déchiffrement des écritures des XVe et XVIe siècles. On utilisera à cette fin un échantillonnage d’une demi-douzaine de textes latins représentatifs, illustrant les écritures tant livresques que documentaires (gothique formée, gothique cursive, humanistique, cursive documentaire). On donnera quelques éléments de nomenclature des écritures et quelques méthodes permettant de gagner en rapidité dans le déchiffrement, notamment grâce à l’étude du ductus. On présentera aussi les problèmes posés par les différents types d’abréviation.

Voici les documents d’appui : document 1, document 2, document 3. Et voici une transcription du document 3 : document 4.

Béatrice Charlet, avec la collaboration de Gaëtan Lemaître, « Comprendre un texte néo-latin lexico-encyclopédique : l’exemple de la Grapaldina »

Éminente figure de l’Humanisme civique parmesan, Francesco Mario Grapaldo (1460 ou 1462 ?- 1515) est avant tout l’auteur du De Partibus ædium  (entrepris dès 1488 et revu et augmenté jusqu’à sa mort : 4 éditions parmesanes). Plus qu’un dictionnaire d’architecture, l’ouvrage lexico-encyclopédique, en deux parties, de 10 et 12 chapitres, prétend, dans la lignée de l’Humanisme chrétien, épuiser la matière du monde domestique qui consacre le Règne de l’Homme, de la Chute à la Renaissance. La Grapaldina fut largement diffusée en Europe jusqu’au XVIIIe siècle. Sa redécouverte remonte aux années 70 du XXe siècle, avec la visite de sa bibliothèque (2, 9), exploitée dans le cadre de l’histoire du livre et de l’imprimerie. Depuis, hormis quelques travaux de synthèse sur sa place dans l’histoire de la lexicographie et de l’encyclopédisme ou sur son lexique néotérique, et des études portant sur des chapitres isolés, nous ne disposons pas encore d’une édition scientifique de l’œuvre, ni a fortiori d’une traduction. La compréhension d’une telle œuvre repose sur une stratégie de lecture spécifique s’appuyant sur deux piliers : une érudition quasi universelle, de l’Antiquité à la Renaissance, et, d’autre part, des compétences linguistiques plurilingues couvrant les mêmes périodes.

En cliquant ici, vous accéderez aux textes sur lesquels nous travaillerons.

Carine Ferradou, « Enjeux politiques de la définition des mots jus et potestas à travers la critique de Jean de Gerson par William Barclay »

S’opposant dans le livre II du De regno et regali potestate à plusieurs penseurs anti-absolutistes comme ceux qu’il appelle le premier les « Monarchomaques » mais aussi des philosophes du Moyen Âge comme le prestigieux théologien et prédicateur français Jean de Gerson (1363-1429), le juriste écossais William Barclay (1546-1608) critique, à la page 68 du livre II, le commentaire du premier Livre de Samuel, chapitre 8 fait par Gerson dans ses Considerationes, où le théologien français oppose ce passage à Deutéronome17 à propos de la royauté et affirme que le droit et la justice ne vont pas toujours de pair dans le sens où le roi a le droit – parce qu’il en a le pouvoir (la possibilité) – de commettre certaines injustices, de sorte que la prédiction de Samuel sur la royauté de Saül établirait un pouvoir qui n’est pas juste. Barclay explique pourquoi il n’est pas d’accord avec Gerson, en discutant de la signification précise des concepts de droit et de pouvoir, traduits en latin par les termes « jus » et « potestas ». Ce débat par-delà les siècles et à travers nombre de traités et de pamphlets est d’une actualité brûlante à la fin du XVIe siècle, lorsque la monarchie absolue devient le modèle dominant des cours européennes.

En cliquant, ici, vous trouverez sous forme de pdf le texte que nous traduirons ensemble. Et en cliquant là, le même texte sous forme de page html.

Voici encore un exemplier dont nous nous servirons.

 

Jérémie Foa, Sylvie Mouysset : « Vies fragiles » et écriture à la Renaissance

Jérémie Foa : “La voix des dominés dans les textes manuscrits de la Renaissance”

Empruntant son titre et sa problématique au travail d’Arlette Farge, cette séance sera consacrée aux archives capables de porter, de conserver et de transmettre la voix des humbles, des petits, des femmes, des minorités – « vies minuscules » de Pierre Michon ou « vies infâmes » de Michel Foucault. Quelles sont les sources privilégiées d’une telle histoire « par le bas », quels en sont les vertus mais aussi les biais ? On travaillera à partir du document suivant : Archives nationales, Minutier Central, étude XXIV, 176, f. 99 sq.

Sylvie Mouysset : “Un père confronté à la douleur de l’enfantement et à la perte de l’être cher d’après le livre de raison de la famille Perrin, Rodez, 1596”

 Les récits d’accouchement douloureux ne sont pas rares dans les écrits du for privé, exprimant l’anxiété de l’époux plus ou moins prêt à devenir père une première ou nouvelle fois. Ce sentiment s’alourdit d’une crainte légitime bien plus difficile à supporter, celle de la perte de l’être cher en un moment si périlleux. De fait, l’insertion d’un incident majuscule dans sa vie minuscule est intéressante à regarder de près : notice plus longue qu’à l’habitude, truffée de détails explicitant aussi bien les douleurs de l’accouchée que son absence à ses côtés, hésitation lisible au nombre de mots biffés… Nous verrons donc comment, des petites difficultés et incidents paléographiques à l’expression d’émotions singulières en ce moment précis dont les pères sont le plus souvent exclus, ce texte bref permet à l’historien.ne d’explorer ce qu’Orest Ranum, aux côtés de Philippe Ariès, nommait « les refuges de l’intimité ».

 L’extrait du livre de raison de la famille Perrin se trouve ici.

Jean-François Cottier, « Érasme, Exhortation à la lecture de l’Évangile »

Le titre d’Exhortatio ad studium euangelicæ lectionis apparaît sur la page de titre de l’édition originale de 1522 de la Paraphrase sur Matthieu publié chez Jean Froben à Bâle en 1522 (in 8°). Ensuite, dans le corps de l’ouvrage, ce texte est simplement présenté comme une adresse au « pieux lecteur », adresse elle-même précédée par la lettre de dédicace de l’ouvrage à Charles-Quint. Plus tard, ces deux textes ont été placés en tête du volume de l’ensemble des Paraphrases  et ils ont été lus comme une sorte de préface pour l’ensemble d’une entreprise commencée dès 1517 avec la publication de la Paraphrase sur l’Épître aux Romains et achevée en 1524 avec la paraphrase des Actes des apôtres. L’intérêt de ce texte programmatique tient donc à sa rédaction relativement tardive, après que l’ensemble des Épîtres canoniques a été paraphrasé, à sa position centrale dans l’histoire du recueil des Paraphrases et à son contenu. On peut en effet lire l’Exhortation comme une sorte de synthèse théologique présentant les réflexions d’Érasme sur la double nécessité d’accorder aux laïcs un accès aux Écritures et de lutter contre les mauvais pasteurs.

Vous pouvez consulter ici les documents sur lesquels nous travaillerons ensemble :

conspectus siglorum

texte 1

texte 2

traduction

Travaux croisés 1 : « Dans l’atelier d’Érasme : étude du brouillon manuscrit du premier chapitre de la Paraphrase sur Mathieu : Copenhague, KB, Thott 73, ff. 78v-80v et de la Paraphrase elle-même, ff. 84r-189r »

La Bibliothèque Royale de Copenhague conserve trois manuscrits écrits de la main d’Érasme et qui  réunissent de nombreuses notes et brouillons des différentes œuvres de l’humaniste bâlois. Le manuscrit 73 de la collection Thott conserve ainsi un premier jet d’une partie du premier chapitre de la Paraphrase sur Matthieu (ff. 78v-80v), et puis le texte de la paraphrase elle-même (sans la lettre dédicatoire, ni la préface au pieux lecteur). La version du manuscrit autographe est beaucoup plus courte que le texte ensuite imprimé et assez différente. Dans un premier temps on étudiera en détail le brouillon du premier chapitre. Comme le texte édité comporte jusqu’au dix-neuvième verset 2872 mots alors que le brouillon n’en compte que 1780, on pourra analyser le travail de récriture entre les deux versions et, par comparaison entre le texte évangélique et la version finale de la paraphrase, tenter d’approcher la poétique du paraphraste. L’étude plus globale du texte de la paraphrase elle-même pourra consolider le travail précédent.

Cliquez ici pour trouver un article qui nous servira de point de départ.

Isabelle Luciani, Le livre rouge des Jeux Floraux à la Renaissance

Longtemps conservé par l’Académie des Jeux Floraux de Toulouse, aujourd’hui déposé à la Bibliothèque de Toulouse, le registre des délibérations des Jeux Floraux inauguré au début du XVIe siècle est à la fois le témoin du passage de l’occitan au français, le témoin de la mutation sociologique des Jeux floraux et de la mutation de ses rituels, et le témoin des événements auxquels le Collège de Rhétorique est confronté tout au long du XVIe siècle, événements souvent tragiques comme les guerres de Religion, qui font taire les poètes en empêchant le concours, mais non le registre, toujours tenu par ses greffiers. L’écriture, parfois celle-là même des poètes primés qui y copient leurs œuvres et les signent, dit la permanence de l’identité de la ville, mais ne peut pas cacher ses moment les plus chaotiques.

Voici les documents sur lesquels nous travaillerons :

 

Géraldine Cazals, « L’écriture de l’histoire capitulaire. L’exemple des Annales manuscrites de Toulouse »

Recueillant annuellement le récit des hauts faits des magistrats municipaux, les capitouls, ainsi que les portraits de ces derniers, les Annales manuscrites de Toulouse conservées aux Archives municipales de Toulouse (AMT, BB 274) font l’objet, à la Renaissance, d’une attention soignée. Ce sont des gradués de l’Université qui se voient confier la charge de rédiger le récit des magistratures annuelles, et des peintres raffinés qui reçoivent celle de peindre les portraits afférents. Les pièces à l’appui des comptes de la ville nous ont conservé les traces des commandes qui ont été faites à certains de ces écrivains et artistes. L’analyse de suppliques adressées par ces derniers aux magistrats aux fins d’obtenir satisfaction du travail effectué pour ces Annales, ainsi que la lecture d’extraits de ces dernières, nous permettront ainsi d’aborder certains des importants enjeux que posent l’écriture, et l’étude, de l’histoire urbaine à la Renaissance.

Vous trouverez en cliquant ici les textes sur lesquels nous travaillerons.

Virginie Leroux, « Les célébrations de la paix des Dames »

Le 3 août 1529, fut signée à Cambrai, entre Louise de Savoie, mère de François Ier, et Marguerite d’Autriche, tante et marraine de l’empereur Charles Quint, une paix générale qui mit fin au conflit entre le roi de France et l’empereur du Saint Empire germanique. Nous confronterons plusieurs évocations et célébrations de cette paix des Dames afin d’identifier les difficultés spécifiques de la langue poétique néo-latine et de décrypter les constructions mythologiques et allégoriques élaborées par les humanistes. Nous traduirons et commenterons l’allégorie de la Paix, mise en scène par le hollandais Jean Second, désireux de se faire connaître comme poète auprès de Charles Quint et de sa tante, puis les épitaphes composées pour Louise de Savoie par l’Italien Benedetto Tagliacarne, dit Théocrène, qui occupa la charge de précepteur des fils de François Ier, de 1527 à 1533, les accompagna lorsqu’ils devinrent les otages du roi d’Espagne et dut à la paix des Dames son retour en France et, enfin, nous analyserons la façon dont Guillaume Budé exploite dans le De philologia le motif de la « toile de Pénélope » dont il fait une allégorie de la paix des Dames.

Vous trouverez ici le texte sur lequel nous travaillerons et sa traduction.

Voici encore un exemplier dont nous nous servirons.